Environnement
[Accueil][Présentation][Origine][Méthode_Naturelle][Méthode&Environnement][Fédération]
[Centres][Parcours][Agenda][Contacts&Liens]

Méthode Naturelle & Environnement

Ainsi que nous l'avons indiqué ci-avant, Georges HEBERT s'est inspiré des gestes habituels observés chez les peuplades primitives pour élaborer les principes de la gymnastique naturelle. Ces " primitifs" étaient des hommes vivant dans la nature et selon la nature. Ils couraient pour poursuivre un gibier, sautaient pour franchir un obstacle. Ils lançaient l'épieu sur leurs proies et grimpaient aux arbres pour y cueillir les fruits nécessaires à leur alimentation. Toute cette activité physique se faisait naturellement, sans recherche d'un style particulier, sans accessoires inutiles, mais à l'économie; car ces hommes obéissaient à la nature, à leur nature, à leur instinct. Ils avaient ainsi une activité soutenue et variée qui conditionnait leur subsistance , laquelle dépendait aussi de leur capacité à faire face aux situations de tous genres qui s'imposaient à eux. D'où le développement de leur force, de leur agilité, de leur adresse, qui en faisaient des êtres possédant une condition physique complète, voire idéale. Lorsqu'il les observa, HEBERT considéra qu'il était possible d'arriver à un haut degré de développement physique sans l'aide d'artifices , d'installations ou d'infrastructures, simplement en imitant les gestes naturels et utilitaires des hommes vivant en pleine nature et avec la nature.

Gymnat4.gif (60182 bytes)  

Dès lors, la méthode d'éducation physique développée par HEBERT est basée sur les gestes naturels et utilitaires. Inspirés comme on sait par les primitifs sans cesse en activité, ils se font dans le mouvement. Pour arriver à cette pratique dans un espace relativement limité, HEBERT, officier de marine, n'avait quant à lui que la possibilité d'utiliser le pont du navire où il faisait évoluer les marins. C'est ce qui explique que les groupes de gymnastes qui travaillent sur ce "plateau" sont répartis en "vagues" de quatre ou cinq personnes. Sur la terre ferme, le plateau devient un quadrilatère, herbeux de préférence. Les vagues avancent de front, l'une après l'autre, traversent le plateau en pratiquant l'exercice proposé par le moniteur et reviennent à la base de départ, en file, par le côté.

Le plateau n'est pas le seul endroit où se pratique l'hébertisme. On peut aussi parcourir un itinéraire, campagnard ou en forêt, et y progresser tout en faisant les exercices que propose la méthode. En pareil cas, les accidents de terrain, les obstacles naturels, en général tout ce qui se trouve sur le trajet peut être l'objet ou le moyen d'un exercice. On court en enjambant les flaques d'eau stagnant sur un chemin que l'on quitte en sautant par dessus un fossé, pour ramper ensuite en passant sous une clôture franchie à nouveau par un saut. En forêt, les arbres abattus offrent de belles possibilités pour pratiquer l'équilibre, la quadrupédie et le saut. Les pommes de pin servent au lancer et les rondins sont utilisés pour le "porter". On trouve même des bâtons assez longs et solides que pour servir de perches aidant à franchir un fossé ou autre cavité.

C'est donc bien la nature qui est le cadre dans lequel évolue l'hébertiste. C'est encore la nature qui fournit les matériaux et offre de multiples possibilités pour pratiquer la gymnastique selon Georges HEBERT.

Il n'est donc pas exagéré de déclarer que l'hébertisme est une activité qui , par sa méthode, son esprit et par les lieux où elle se pratique, se marie bien à l'environnement. Par ailleurs, on peut remarquer que celles et ceux qui font de la gymnastique par la Méthode Naturelle, sont vraiment pénétrés de la valeur, de l'importance de la nature, cadre de leurs ébats, initiatrice, inspiratrice de leur activité. Quoi de plus normal, de plus naturel pour eux, dans ces conditions, de respecter et défendre Dame Nature.